Confinement,  Ecriture,  Projets,  Sur ma route

Sur ma route #12 : Montclar

Jeudi 12 novembre

Partons du côté de la D900, page 146 de l’Atlas Routier France Michelin de 1996, nous sommes invités à Montclar. C’était mieux qu’elle sache que j’arrivais, mais je crois que même en le sachant, elle n’en a pas dormi… je l’imagine ce jour où je vais y retourner, c’est promis Gunilla, on ira, toii avec tes gazelles, moi avec mes pirates, ce serait génial non ?! 

Bref, lui il m’a dit “ah ben il vaut mieux t’avoir en photo qu’à table”… elle, elle a rêvé qu’elle n’avait pas assez pour me nourrir le temps de mon séjour. Ce jour-là, j’avais 18 ans, avec ma meilleure amie on était partie réviser chez ses parents, à la montagne. Réviser… je ne sais plus si on a beaucoup ouvert nos cahiers, mais on a eu notre bac. C’est peut-être ça qu’il faut retenir… mais moi c’est bien plus que ça que je retiens. Ce sont les moutons, c’est leur chien de berger, cette vieille maison si accueillante, sans doute le charme suédois, héritage de sa maman ? Les balades au-dessus de la maison, l’horizon qui s’ouvre, le ski dans la station de Carole Merle, au Super Sauze, l’agneau servi avec de la confiture aux airelles (une délicieuse découverte), les petits pains suédois au nom imprononçable “les fameux petits pains” (je ne vous donnerais pas la recette complète, il est écrit en bas de la feuille… “un secret de famille à garder farouchement !!”).

La recette des fameux petits pains… un secret de famille à garder farouchement !

J’ai envie de retrouver ce moment où la neige fondait pour laisser place aux crocus, l’attente en gare de… et le pot de Nutella dans lequel nous plongions avec délectation sur ce même quai de gare. Aujourd’hui quand on se retrouve, c’est autour d’une gaufre à Chamonix, la gourmandise toujours ! Le partage d’un instant qui nous relie à travers les méandres du temps.

Elle m’a aussi demandé de parler de Maurin et Maljasset, au cœur de l’Ubaye. Mais je garde cette pépite pour une prochaine étape car elle correspond pour moi à une autre époque de ma vie, celle du ski de rando, de ma 1ère année de fac (essai non transformé pour le DEUG de Lettres Modernes, ça ne peut pas marcher à tous les coups, des escapades et des études !). Mais il y a cette même douceur évocatrice qui relie les deux, un temps qui s’arrête dans ces vallées pour laisser la place aux gens, à leurs vies déconnectées. On y reviendra peut-être. 

Et puis j’ai quand même encore envie de me dégourdir les jambes, de partir en aventure… et si on se retrouvait à Dignes les Bains, un peu plus au sud, chez Alexandra David Néel… je vous prépare ça.

Alors demain, où allez-vous nous emmener ?!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *